Entreprise : Préserver son e-réputation sur internet

La gestion de votre réputation sur Internet est devenue essentielle, que vous soyez une entreprise ou un particulier. Pour une entreprise, c’est crucial parce que de plus en plus de clients s’informent en ligne avant de passer à l’acte d’achat. Les opinions qu’ils trouvent possèdent un impact fort sur leurs achats et influencent leur décision d’achat. Même s’ils sont séduits par la marque, tomber sur un avis négatif ou une un faux propos sur le produit peut entraîner une hésitation de la part des consommateurs. Pour une entreprise, le dirigeant qui est souvent submergé par des centaines ou des milliers des tâches à faire, il devient plus difficile pour lui d’être attentif à tout moment sur sa réputation en ligne. Surveiller ce que les gens disent de vous et de votre entreprise peut sembler fastidieux, mais il existe une disposition légale qui peut protéger l’entreprise lorsque les choses vont plus loin.

Diffamation, insultes et autres délits d’information

La diffamation et les insultes sont sanctionnées par l’art. 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. La diffamation et les insultes sont certainement un motif sur lequel l’avocat d’entreprise peut agir dans une procédure d’urgence. Les lois sur la diffamation sont régies par la common law. De nombreux États ont des lois sur la diffamation qui sont codifiées dans leur législation. Le droit de la diffamation est principalement le droit des États. Bien que chaque État rédige ses propres lois sur la diffamation, certains aspects de la loi sur celle-ci sont communs pour presque tous les États.

Qu’est-ce que la loi sur la diffamation ?

Le droit de la diffamation est le domaine du droit qui concerne les communications relatives à la réputation d’une autre personne ou d’une entreprise. Les propos diffamatoires sont une communication qui pourrait nuire à la réputation de quelqu’un d’autre ou de l’entreprise. Le domaine du droit a pour objet de protéger les personnes contre les atteintes à sa vie privée et aux moyens de vie de leurs proches en raison de fausses déclarations à leur encontre. Cependant, la loi protège toujours le droit d’une personne de parler librement sans être tenu pour responsable d’avoir dit quelque chose d’insultant, d’avoir commis une erreur ou d’être en désaccord avec quelqu’un d’autre si la personne agit dans le cadre juridique. Le droit de la diffamation est le domaine du droit qui vise à protéger la réputation d’une personne ou d’une entreprise en empêchant les discours injustes qui pourraient nuire à sa réputation et peuvent créer des préjudices moraux ou physiques.

 

 

Les différents types de diffamation qui peuvent nuire votre e-réputation

Il existe deux types de diffamation : la diffamation et la calomnie.

  • La diffamation est écrite.

La calomnie est la diffamation orale. Généralement, la loi considère que la diffamation écrite a une certaine gravité que la calomnie. Parce qu’il s’agit d’une diffamation orale, il est un peu difficile de relire et de transmettre à nouveau les propos diffamatoires alors que la calomnie ne pourrait ne pas avoir les effets durables.

Existe-t-il des recours légaux en cas d’outrage à l’e-réputation d’une entreprise ?

L’e-réputation traduit l’image véhiculée par une entreprise ou une personne sur internet. Cette dernière s’appuie sur les contenus générés par l’entreprise ou les internautes. Les entreprises se doivent de soigner leur e-réputation. En effet une atteinte à l’e-réputation peut être dommageable. Voici quelques solutions à mettre rapidement en place en cas de dommages subis par une entreprise sur internet.

Quelles sont les démarches à réaliser en cas d’atteinte à l’e-réputation ?

Dès l’instant où une entreprise constate un préjudice à l’encontre de son e-réputation, elle se doit d’agir rapidement. Plus le temps passe, plus l’impact négatif se ressent sur l’identité numérique de l’entreprise.

La première action à mettre en œuvre est de demander à l’auteur du contenu diffamatoire de le retirer. Il est également possible d’intenter des actions en justice en fonction du type du préjudice subi par l’entreprise. Une personne morale est en droit de recourir à des agences dont le rôle est de faire disparaître les publications incriminées.

Néanmoins les droits d’opposition et de suppression peuvent, dans certains cas, ne pas pouvoir être mis en place. La situation implique donc de recourir à la justice.

La législation et l’e-réputation

À ce jour, aucun texte législatif n’aborde spécifiquement le domaine de l’e-réputation en tant que telle. En effet, l’image d’une entreprise sur internet est rattachée à différents domaines juridiques. L’e-réputation concerne aussi bien le droit pénal qu’au droit civil ou à celui relatif à la liberté d’expression émanant de la propriété intellectuelle.

La jurisprudence s’appuie sur quelques textes pour justifier les décisions qu’elle rend dans le cadre d’une atteinte à l’e-réputation d’une personne morale ou physique commise sur internet.

Les personnes tenues pour responsables de la diffamation ne se limitent pas uniquement à l’auteur des contenus mis en cause. Son rôle est actif au même titre que celui de l’éditeur, s’il s’agit par exemple d’un magazine en ligne. Cet individu ayant pour fonction de vérifier la teneur des publications avant de les mettre à disposition des internautes.

L’hébergeur du site internet est également tenu pour responsable du préjudice cependant son rôle est considéré comme passif.

La responsabilité pénale ou civile est déterminée en fonction du rôle joué par les différents acteurs.